Canon de Yaoundé

Le champion toutes catégories

Après Oryx qui fut créé en 1928, vint le Canon de Yaoundé, né la veille du 11 novembre 1930 sous l'instigation de l'administration coloniale pour servir de partenaire à l'Etoile Sportive composées d'européens essentiellement. Maisi l fallu attendre 1970 pour voir Canon gagner son premier titre de champion du Cameroun et émerger sur le plan continental dès 1971, année à laquelle il gagna son premier titre de champion d'Afrique face une fois de plus à une équipe ghanéenne, l'Ashanti Kotoko de Kumasi.

Mai il faut reconnaître que de tous les trophées gagnés par le Canon de Yaoundé, celui de 1971 reste le moins glorieux, et pour cause; beaucoup de joueurs d'autres équipes y avaient été accueillies dans le seul but de participer à la campagne africaine et aussi de se mettre en évidence en vue de la sélection nationale. Il faut dire qu'on était plus qu'à un an de la 8ème Coupe d'Afrique des Nations qui devait avoir lieu au Cameroun en février-mars 1972. Ainsi, si de la cuvée de 1971 des joueurs comme Emmanuel Mvé, Jean-Paul Akono, Eteme, Jean Manga Onguéné étaient canoniens de souche, d'autres comme Paul Nlend, François Bekombo, Paul Gaston Ndongo, Moutasié, Ndoga, et Charles Léa Eyoum étaient venus d'autres clubs comme Tonnerre, Diamant, Caïman, Dragon qu'ils s'empressèrent de regagner au terme de la compétition. 

La vraie grande aventure  de Canon commenca vraiment en 1973. A partir de cette année là, il ne passa plus une saison jusqu'à la fin des années 90 sans que le canon glana un titre au plan national ou continental. 1973, 1975, 1976, 1978, vainqueur de la coupe du Cameroun; 1974, 1977, champion du Cameroun.

Mais ce fut en 1978 qu'il connut l'apothéose avec la conquête du second titre de champion d'Afrique. Rééditant pour ainsi dire l'exploit de l'Oryx de Douala, Canon arracha au Hafia-CLub de Conakry la Coupe Ahmed Sékou Touré qui venait d'être mise en jeu. Le Canon imposa au Hafia-Club un nul de 0-0 à Conakry avant de le défaire à Yaoundé sur le score de 2-0. Ainsi donc, on ne le sait pas toujours mais la Guinée COnakry a connut dans les années 1970 une présente au plus haut niveau sur la scène continentale des clubs.

La grande formation du Canon de Yaoundé du début des années 80

 

Là ne s'arrêta pas la chevauchée fantastique d'une équipe qui fournissait déjà la presque totalité des effectifs de l'équipe nationale et au sein de laquelle évoluaient des joueurs comme Tomas Nkono, Akoa dit "Django",Dagobert Moungam, Emmanuel Kundé, Ibrahim Aoudou, Jean-Daniel Eboué, Grégoire Mbida, etc...qu'encadraient les anciens Jean-Paul Akono et Jean Manga Onguéné. Canon continua donc de glaner des titres tant que le plan national que contiental au point d'installer le public camerounais dans une sorte de monotonie de la victoire: Champion du Cameroun en 1979, 1982, 1985, 1986; vainqueur de la Coupe du Cameroun en 1983 et 1986, il ajouta deux autres titres continentaus à son palmarès, la coupe des vainqueurs de coupe en 1979 devant Gormahia de Naïrobi battu 6-0 au match retour à Yaoundé après avoire persu 2-0 au match aller, et à nouveau la coupe des clubs champions en 1980 devant Bilima du Zaïre.

La plus spectaculaire des victoires de cette équipe du Canon (pour laquelle on crut épuiser tous les qualificatifs) eu effectivement lieu en cette année 1980. EN effet, après un match aller joué sur la pelouse synthétique du tout nouveau stade de Garoua, et où Bilima du Zaïre imposa un match nul de deux buts partout au Canon, c'était le 30 Novembre 1980, il devenait évident que le voyage de Kinshasa ne relevait plus que de la formalité, personne n'imaginant le Canon se tirant d'affaire. POurtant la bande à Théophile Abéga (capitaine) qui était alors composée de Nkono, Akoa, Ephrem Mbom, Aoudou, Akono, Edjongo, Mbida Grégoire, Manga Onguéné, Emana, JAcques Nguéa, Eboué, Moungam, Ollé Ollé, releva le défi dans un stade du 20 Mai archicomble que les Kinois avaient d'autant plus pris d'assaut qu'ils étaient assurés de la victoire de leur équipe.

La douche fut froide, très froide. Le Canon infliga en effet à Bilima un étonnant et à la limite imprudent score de trois buts à zéro. L'affaire faillit en effet tourner au drame. La sortie du stade fut particulièrement difficile pour les Camerounais. Mais qu'importe! Il reste qu'ils firent une grosse impression sur le public kinois, qui les crédita d'un pouvoir magique. Les zaïrois dirent en effet en Lingala "Basaba Camerounais Basaba ki sorciers!", ce qui se traduit par "ces Camerounais là sont de grand soricers!". Un accueil proche du délire fut réservé aux joueurs du Canon. Le peuple apprit en se réveillant en ce matin du 1( Décembre 1980 que le Président Ahmadou Ahidjo avait déclaré la journée fériée et chomée sur toute l'étendue du territoire.

Telle fut en tout cas l'aventure la plus extraordinaire et la plus périlleuse que vécut le Canon de yaoundé dans ses années de gloire. A l'occasion, il renforca eu plan national et continental, sa réputation de machine redoutable, de rouleau compresseur, réputation qui l'a suivi jusqu'au début des années 90 et qui faisait qu'il fallait toujours se méfier du CAnon de Yaoundé lorsqu'on avait à faire à lui.

 

Martin Ndongo Alega - un ancien haut dirigeant du Canon de yaoundé 

 

 

Commentaires (3)

1. L'HOMME 12/04/2010

celui de 1971 est certes le moins glorieux mais il faut savoir qu'à l'époque il était COUTUMIER dans toute l'Afrique de''renforcer'' son équipe championne pour mieux figurer en coupe des clubs champions. le Tout-Puissant Englebert, Le Hafia Football club de Conakry, Les Aiglons CARA de Brazzaville, etc...regroupaient en leur sein plusieurs sociétaires d'équipes rivales. Au Ghana et en Côte d'Ivoire, les rivalités étaient trop farouches pour permettre de tels stratagèmes. Un joueur de Heart of Oak ne pouvait pas se retrouver chez Kotoko Ashanty ou encore aucun joueur de l'ASEC ne pouvait rêver de porter les couleurs de l'Africa ou du Stade d'abidjan ne serait-ce que le temps d'une compétition.

2. Mbongo Ekallé 19/07/2010

Il faut avoir le courage de dire que le Cameroun a triché et cette tricherie est une initiative de la Fecafoot et du ministère du sport déjà , le rédacteur de cet article, en refusant de le dire , est tout simplement malhonnête .
Mbongo Ekalle

3. The Best 20/07/2010

Ayons le courage de dire la vérité, la Fecafoot et le ministère des sports ont organisé un système de tricherie pour permettre aux clubs Camerounais de gagner ( Canon 1970, Léopard 1972 , Tonnerre 1976 ) . Le rédacteur de cet article, ainsi que celui qui a envoyé le premier post sont tout simplement malhonnêtes.
Mbongo Ekallé

Ajouter un commentaire

Copyright © 2009 Rumsiki. Tous droits réservés.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__